A coup de pédale au Vietnam

Encore une idée à la con, trouvaille initié, en grande partie, en regardant le trafic asiatique, c’était soit un scooter, soit une bicyclette. Il y a également la rencontre de Stéphane et Angela, deux cyclistes partis d’Autriche rencontrés à Luang Prabang (Laos), qui m’a bien motivé, mais aussi le concept de « Vietnam à vélo » qui sonnait bien sur le papier et correspondait parfaitement à mon budget. D’ailleurs, c’est cette fantaisie qui m’a motivé à foutre les pieds dans ce pays, les différents récits que j’en avais eu sur la route ou sur les blogs ne me faisait pas trop envie : population oppressante, coût de la vie bien plus chère que le reste de l’Asie, visa hors de prix, stigmates de la guerre,… . Ma foi, le mieux est de voir de ses propres yeux, se faire son opinion et le vélo est le parfait moyen d’approcher les gens, en plus le principe est d’avoir les mêmes qu’eux, afin de vraiment se fondre dans la masse.

 

Mer de chine

 

 

 

Début des hostilités à Vinh, là, tournée des vendeurs de cycle pour acheter les moins onéreux : Bicyclette Asama ! Marque japonaise de fabrication chinoise, sans vitesse, lourd, d’aspect peu robuste, légèrement petit à première vue, le tout pour la modique somme de 1 million*, vendu ! Choix du modèle rose fluo pour ma part, c’est partis, les premiers coups de pédale et en seulement quelques heures les craintes se confirment, poids excessif, mensuration asiatique et boulon en alliage d’étain ! Waouh, on va se marrer ! Effectivement, les pédales lâchent régulièrement, les freins ralentissent à peine en descente et l’usage de la position « danseuse » fait vaciller le cadre en montée, que du rêve.

 

bobby rose

 

J’avais soulevé le problème d’orientation pour l’expédition sur le Nam Ou, mais il suffit de suivre le cours d’eau, dans le cas de la route c’est beaucoup plus contraignant, se planter et faire plusieurs dizaines de Km pour rien c’est physiquement assez terrible avec ces merdes. Heureusement, récompense à cette loose attitude, l’étonnement des populations locales qui nous donnent droit à des « débridages d’yeux » hilarant, suivit de cris d’accueil hystérique ! Toi aussi tu as toujours rêve d’être une rock star ! Perds toi sur les p’tites routes Viet’ avec ta bicyclette. Absolument parfait, à balancer des milliers de « Xin Thao » par jour pour essayer de répondre à tous les « Hello » que nous recevons, sans parler des invitations à boire des canons (on échappe jamais à cette règle en Asie).

 

Echange de Maillots

 

 

Contrairement à tout ce que j’avais entendu, les gens sont extraordinaire, un peu speed et complètement allumés par moment mais d’une gentillesse hors normes. Les prix sont les plus bas de toute l’asie pour la bouffe (moins de 1 euro dans les restos de rue) , les clopes (à partir de 20 cts) et la bière (30 cts voir moins). Il y a juste les logements qui sont, effectivement, inabordable pour certains, 3 catégories d’hébergements :

– Les hôtels étoilés, il y en a pas mal, généralement le luxe complet, le prix d’un formule 1 mais hors budget pour nous.

– Les hôtels à putes, la grande majorité, ils louent normalement les chambres à l’heure, certains nous refusent mais d’autres on toujours des chambres dégueux pour les nuitées, pas donnée mais accessible.

– Les taudis, assez rare, tarifs correct mais il faut pas en demander mieux et mieux vaut ne pas être difficile.

 

 

En parlant difficulté, on savait que nos « Asama » était destiné à un usage local sur sol plat, ben on a bien compris ! Faire de la distance, avec parfois des pentes, relève du challenge sportif par moment . Alors que dire des mini cols avec leurs virages en épingle, outre l’exploit physique, cela se joue au mental, rien lâcher, tout son poids sur la pédale à se dire : « pas moyen, je pousserai pas ! ». Dur, épuisant mais pas impossible, même quand les éléments jouent contre toi, soleil de plomb, vent en pleine face et pluie torrentielle rendent l’ascension épique et que dire des descentes sans freins .

Heureusement, les encouragements des locaux et la vue sur la mer de chine remontent le moral, le Vietnam en vélo, quel pied ! Qui plus est, maintenant, mon copain à deux roues va me suivre dans une bonne partie de l’Asie, du moins tant qu’il tiens la route .

 

benefice du velo

En attendant que Monsieur « 25 cm plus haut » cesse l’usage de la truelle et se decide à mettre les photos de l’episode finale de l’expedition, une p’tite video :

 


 

*de Dong soit 30 euros

Comments ( 5 )

  1. ReplyMr Korps

    L'album photo est par ici : http://www.mrkorps.com/albums-photos/

  2. ReplyCharles

    Ca fait plaisir d'avoir des nouvelles qui plus est rafraîchissantes!

  3. ReplyTouf

    Joli!!! Saut de la troisième corde sur le périple dans certain Jean fils et comme le dit un proverbe texan: Hô chi min est un fils de pute il a le feu aux couilles et la bite en rute !

    • ReplyTouf

      D'un pas dans. :roll:

      • ReplyMr Korps

        Joli proverbe de Nick Fields. :) Rendre mauvais Jean fils de pedale faisait partie de mes motivations en achetant un velo, me reste plus qu'a me doper a l'antesite, m'habiller comme un vieux.... etre tout le temps aigris, sentir mauvais.... et surtout jamais aller au Tibet ! Et la, je serais un vrai ! :twisted:

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>